©2019 by AR(T)AMIS

Cycl'art

 

Le cycle dans l’art a ses lettres de noblesse : l’œuvre fondatrice est sans conteste « La roue de bicyclette »de Marcel Duchamp (1913). Une roue de bicyclette juchée sur un tabouret tout ordinaire ouvre

la voie à un courant artistique révolutionnaire pour l’époque, le « readymade ». L’artiste détourne un objet courant (comme il le fera quelques années plus tard avec un objet aussi prosaïque qu’un urinoir) pour le poser en tant qu’œuvre d’art, instituant un rapport inversé entre l’œuvre et le regard de l’observateur. Plus tard, Picasso proposera « La tête de taureau » (1942) formée d’une selle en cuir

et d’un guidon de vélo, que l’on peut aujourd’hui voir au Musée Picasso à Paris. La démarche n’est plus inédite, mais elle reste du même ordre.

De nombreux peintres, de leur côté, se sont inspirés du cyclisme ; mais ils font du cycle, du cycliste ou de l’épreuve sportive leur sujet, en exploitant visuellement sa puissance cinétique ou graphique.

 

La démarche des artistes exposés ici est tout autre et renoue avec le readymade originel : le vélo n’est pas le sujet de l’œuvre, il en est le matériau. Certains flirtent avec l’arte povera, parlent de « récup’art », d’autres adoptent une démarche plus classique,

ou bien plus décorative, mais tous rendent hommage, à leur façon,

à la richesse de la machine qu’il a bien fallu désosser pour en récupérer les composants. Ils le font avec beaucoup d’humour et de modestie et nous démontrent que l’art est partout autour de nous.

 

Il suffit de « voir ».